©  Auto école Bordeaux Lac 2010- - Tous droits réservés


Les équipements de sécurité pour les motocyclistes Fiche 6

Le casque

Voici l'élément essentiel de la sécurité des motocyclistes.

Le casque est obligatoire pour le motocycliste et son passager. Il doit être homologué (avec obligation de la présence des dispositifs réfléchissants), coiffé et attaché avec une jugulaire ou verrouillé. Nous vous recommandons le port d'un casque de type intégral, le plus résistant et le plus protecteur. Le casque, qui rappelons le, peut être présenté à l'inspecteur du permis de conduire le jour de l'examen, doit être conforme :

Soit à la norme européenne symbolisée par une étiquette blanche, comportant la lettre E suivie de l’indication du pays ayant homologué le casque, et du numéro d’homologation.

Soit à la norme française : une étiquette verte NF. Cette norme tend cependant à disparaître.

> Notre dossier sur les casques moto et leur homologation

> Notre dossier sur l'équipement moto pour passer son permis et pour débuter


Attention ! 20 % des casques sont éjectés en cas d’accident grave, et ce quel que soit le type choisi. Deux causes principales et pouvant être évitées :

une taille du casque mal adaptée à la tête de l'usager. Chaque casque dispose d'un intérieur spécifique, qui convient ou non à la morphologie d'une crâne. Un casque bien ajusté ne permet pas de passer de doigt entre le front et la calotte interne. Il ne bouge pas non plus sur la tête lorsque l'on effectue un "non, non, non" avec cette dernière. N'oubliez pas non plus que l'intérieur d'un casque se tasse, des mousses à la calotte. En vieillissant, tout se raffermit et serre donc moins.

une jugulaire non attachée ou une attache trop lâche. Seul un type de jugulaire ne se dérègle pas une fois en place : la jugulaire double D. Tous les autres types d'attache se détendent au fil du temps et de l'utilisation. Pensez y et vérifiez à chaque fois que vous ne pouvez pas décoller le casque de sur votre tête.

Il convient de :

Ne jamais acheter un casque d 'occasion.

Choisir un casque parfaitement ajusté à sa tête. Après avoir chaussé le casque sans en serrer la jugulaire, il ne doit ni bouger exagérément, ni compresser la tête (tempes, oreilles, front). Essayez en de nombreux pour trouver votre confort et votre taille. Et ne partez pas du principe que votre taille pour un modèle précis d'une marque précise sera valable pour un autre modèle de la même marque et moins encore pour un modèle d'une marque différente. Chacun dispose de son propre intérieur.

Attacher le casque avec soin sur la tête. La sangle jugulaire doit toujours être correctement attachée et serrée.

Veiller à la qualité optique de l'écran (la visière). Ce dernier doit être propre et en bon état. Anti rayures et antibuée sont un plus pour assurer une bonne vision.

Remplacer son casque obligatoirement après tout impact violent (si le casque est porté et que l'intégrité de la coque externe a été compromise) ou lorsque son usure est avancée. Un casque vieillit et s'abime, même lorsque l'on ne s'en sert pas...

La tenue

Le blouson. S'il n'est pas obligatoire, rappelons le, il protège non seulement des intempéries et du froid, mais aussi des chutes et des glissades éventuelles. Il contribue également à rendre plus visible, comme abordé dans la Fiche n°5. Ce blousons doit idéalement comporter des protections aux épaules et aux coudes et, si vous n'en avez pas une autonome, une dorsale homologuée CE de niveau 1 ou 2. Ceci vous apporte le meilleur niveau de protection possible pour ce genre d'équipement. L’équipement idéal est constitué d'un blouson renforcé au niveau des coudes et des épaules, certains sont aussi équipés d’une protection dorsale, d’un airbag, d’autres sont imperméabilisés et équipés d’une doublure amovible matelassée.
Bien choisir sa tenue.

Les gants

Les gants. Les blessures causées par l'absence du port des gants peuvent engendrer, même à faible vitesse, des conséquences irréparables et aussi des handicaps permanents (amputations, paralysies, ...). La chaleur et le beau temps ne doivent pas dispenser de porter des gants. Les mains sont fragiles et essentielles. En leur absence, rien n’empêche les coupures, les contusions et les brûlures par abrasion en cas d’accident. La conduite d’un deux-roues motorisé sans gants est donc à proscrire, quelles que soient les saisons et la météo. Les gants sont également à présenter le jour de l'examen du permis. Il existe une multitude de types de gants, et chacun dispose de ses propres atouts, certains se montrant à la fois ventilés et résistants. Ormis les questions de sécurité en cas de choc, accident, glissade, les gants permettent aussi de protéger du froid ou de la pluie, voir d'être étanches. Un plus non négligeable pour le confort, la conduite et pour la sécurité. Là encore, visez un équipement homologué EPI, un gage de qualité et de protection.

Les chaussures

Les chaussures. Les pieds, chevilles et tibias sont des zones particulièrement exposées à moto, que ce soit à l'air, aux intempérie ou encore aux chocs, dans les nombreux cas d’impacts latéraux et chutes en tous genres. Si la loi n'impose aucun équipement particulier pour les pieds, une paire de chaussants spécifiques à la moto assure un niveau de protection adéquat. Obligatoires pour passer le permis, des chaussures solides et montantes sont nécessaires pour protéger les chevilles. Le mieux étant une paire de bottes en cuir comportant une protection de la malléole et surtout une semelle très résistance et anti-glisse. Bref, un chaussant/botte moto EPI. Bien entendu, les petites chaussures légères, tongues et autres ballerines sont à oublier.

Conclusion - Connaître les équipements de sécurité et leurs bénéfices

Comme vous le savez et pouvez donc le dire, les motocyclistes n'ont pour seules et uniques protections que leur anticipation et leur équipement, lequel fait office de carrosserie. Si bien évidemment on reste fragile, opter pour un équipement de qualité et adapté à un usage moto toutes saisons et en toute saison réduit les conséquences d'une chute, mais protège principalement la plupart du temps contre les autres aléas de la route, climatiques cette fois-ci. Un bon équipement permet de conserver confort et agrément lorsque l'on conduit, allant du toucher des commandes essentiel à une bonne conduite à la protection contre le froid, contre la chaleur ou encore contre la pluie. De véritables alliés à ne jamais négliger. Et n'oubliez pas de montrer que vous connaissez les EPI (Equipements de Protection Individuels), lesquels garantissent la protection la plus reconnue.