©  Auto école Bordeaux Lac 2010- - Tous droits réservés


L'alcool et les stupéfiants Fiche 9

L’ALCOOLÉMIE

Les accidents moto imputables à l’alcool en 2011 (source ONISR - Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière) :

L'alcool au guidon représente ¼ des accidents mortels avec 151 décès

Les accidents sous l'emprise de l'alccol ont lieu 1 fois sur 2 la nuit

Le taux d’alcool limite à ne pas atteindre est de 0,5 g d’alcool par litre de sang soit 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré.

Chaque verre (norme débit de boisson) consommé fait monter le taux d’alcool de 0,20 g à 0,25 g en moyenne. Ce taux peut augmenter en fonction de l’état de santé, du degré de fatigue, du stress ou des caractéristiques physiques des motocyclistes.

Le taux d’alcool maximal est atteint :

½ heure après absorption à jeun

1 heure après absorption au cours d’un repas

L’alcoolémie baisse en moyenne de 0,10 g à 0,15 g d’alcool par litre de sang en 1 heure.

Café salé, cuillerée d’huile... : aucun "truc" ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.

Les effets de l'alcool. L'alcool agit sur le cerveau et sur l'ensemble du système nerveux, ce qui a des conséquences graves sur les réactions d'un conducteur.

Les conditions physiques sont amoindries, avec un champ visuel réduit, une vision trouble, des troubles de l'attention, des troubles du sommeil. La consommation d'alcool peut entraîner une perte de mémoire, une perte des apprentissages et une diminution des réflexes.

Le comportement est modifié. Sous l'emprise de l'alcool, on note une diminution de la peur et une prise de risque exagérée, des états d'agressivité et d'euphorie.

LE CANNABIS

L'usage du cannabis seul multiplie le risque moyen d'accident par 1,8. Ce risque étant déjà 20 fois plus important à moto qu'en voiture (en 2011). On peut donc évaluer à 36 fois de plus la probabilité d'avoir un accident sous l'emprise du seul canabis plutôt que sobre en voiture, le tout sur un même parcours.

L'usage combiné du cannabis avec une forte dose d'alcool multiplie le risque d'accident par 14. Ceci représente 280 fois plus de chance d'avoir un accident à moto plutôt que sobre en voiture, le tout sur un même parcours.


Les effets du cannabis sur l'organisme. Ils sont divers et les réactions du motard/de la motarde impactées. La capacité à contrôler la trajectoire est diminuée, le temps de réaction, très important à moto, est allongé. On note aussi un déficit des mécanismes d’attention et des mécanismes de vigilance, ainsi qu'une fausse sensation de sécurité

LES MÉDICAMENTS

Un grand nombre de médicaments souvent appelés anodins présentent des effets indésirables pouvant influencer l’aptitude à conduire sans que le conducteur en soit conscient. Avant de conduire, il convient de lire attentivement les notices ou de demander conseil à son médecin.

Certains médicaments sont incompatibles avec la consommation d’alcool et entraînent un sur-risque d’accident considérable.

LES SANCTIONS

L’alcool.

Taux compris entre 0,5 et 0,8 g d'alcool par litre de sang : une contravention. Sanction : amende de 135 euros et retrait de 6 points sur le permis de conduire.

Taux supérieur ou égal à 0,8 g d'alcool par liltre de sang : délit. Sanction : retrait de 6 points sur le permis de conduire. Amende pouvant aller jusqu’à 4 500 euros, immobilisation du véhicule et suspension de permis (jusqu’à 3 ans), voire annulation du permis. Peine de prison (jusqu’à 2 ans).

Les stupéfiants. Pour la détection de la prise (plus ou moins récente) de stupéfiants de divers types, des dépistages d’absorption de substances ou plantes classées comme stupéfiants sont réalisés par les forces de police et de gendarmerie.

Dépistage positif et confirmé aux stupéfiants. Sanction : retrait de 6 points sur le permis de conduire, amende pouvant aller jusqu’à 4 500 euros, immobilisation du véhicule et suspension de permis (jusqu’à 3 ans) voire annulation du permis. Peine de prison (jusqu’à 2 ans

Les sanctions sont aggravées lorsque cette infraction est couplée avec un taux d’alcool prohibé : les peines sont portées à 3 ans d’emprisonnement et 9 000 euros d’amende.

Conclusion - Connaître tous les risques en cas de conduite sous l'emprise de l'alcool et/ou de la drogue

Alcool(s), drogue(s) et même médicaments, les facteurs d'altération de la perception et de modification du comportement sont nombreux. Ils ne sont aucunement compatibles avec la conduite d'un véhicule, qui moins est d'une moto. La conduite d'un deux roues requiert que l'on soit en pleine possession de se moyens physiques et intellectuels et ce en toute circonstance. Si de nombreuses fiches insistent sur la fatigue, cette fiche n°9 sensibilise sur les risques nombreux et exponentiellement multipliés encourus en cas de conduite sous l'empire de substances plus ou moins légales. Souvenez vous également des sujets abordés dans la fiche n°8 consacrée aux assurances : en cas de consommation avérée d'alcool et/ou de stupéfiant, les assurances ne couvrent ni les dommages subits, ni les dommages causés. Payer le reste de son existence pour quelque chose que l'on aurait pu éviter, voici une bonne raison de faire le bon choix au moment de prendre le guidon.